22 June 2017

Apsara Céleste

Depuis hier, et jusqu'à environ mi-juillet, je travaille près de la Porte d'Ivry. Je vais en profiter pour goûter un maximum de restaurants asiatiques du XIIIe sud (j'ai d'ailleurs commencé ma première chronique hier).

Aujourd'hui, attiré par sa clim, je me suis réfugié dans le petit restaurant « asiatique » (il n'annonce pas de cuisine particulière), récemment rénové, qui s'appelle Apsara Céleste (41, avenue de Choisy). Une fois la carte en main, je me suis rendu compte qu'il s'agissait essentiellement de spécialités de la Chine du sud — mes trois lecteurs fidèles savent que je préfère les spécialités du nord. Eh bien n'écoutant que mon courage j'ai commandé une marmite d'aubergines avec du riz blanc. Je m'attendais à une variante des aubergines en sauce yúxiāng que je prends toujours dans les restaurants chinois. Eh bien patatras, pas du tout !



C'était ma foi plutôt bon et, surtout, cela m'a permis de découvrir une manière différente d'apprêter les aubergines. 13,10 € en tout, avec la boisson offerte (dépêchez-vous c'est uniquement jusqu'au 10/07/2017).


21 June 2017

Phở Tài

Bien que je fréquente depuis fort longtemps les restaurants asiatiques du XIIIe, j'arrive encore à en trouver des qui me surprennent. C'est le cas de Phở Tài (13, rue Philibert Lucot).

Le restaurant, présent depuis au moins quinze ans dans le quartier, est une petite institution fréquentée par les Vietnamiens comme par les Parisiens et propose une cuisine très authentique avec notamment un bouillon de phở qui a cuit très longtemps. On y trouve également les autres plats classiques de la cuisine vietnamienne, que l'on peut demander en version végétarienne, et les desserts typiques tels que le trois-couleurs.

Bò bún végétarien (tofu + légumes)


Avec la chaleur écrasante qu'il fait en ce moment, nous avons commandé du thé glacé non sucré qui était juste parfait.

Détail étonnant, le restaurant est l'un des rares restaurants asiatiques de Paris qui soient au guide Michelin, cette vénérable institution de la cuisine franchouillarde.


En conclusion : ne vous fiez pas au macaron Michelin : c'est très bon, très copieux, pas cher, et sans chichis. Tout ce que j'aime !

Lim's

Il y a une sorte de règle non écrite, à Paris, qui veut que les bons restaurants asiatiques se trouvent tous à l'est d'une ligne imaginaire Madeleine-Porte de Versailles. Le problème, c'est que j'habite et je bosse à l'ouest de cette ligne imaginaire...

J'ai en particulier grand mal à assouvir mes envies de déjeuner asiatique pendant la semaine, sauf à prendre le bus ou le métro sur une distance (et donc une durée) non négligeable.

Ce fut donc un grand plaisir que de découvrir Lim's (9, rue de Ponthieu) près des Champs-Élysées. C'est un petit restaurant propret spécialisé dans la cuisine cantono-vietnamienne avec un petit plus consistant à proposer des plats du jour qui changent régulièrement et à seulement 12 €.



Parmi la petite dizaine de plats du jours proposés "hors carte" j'ai ainsi choisi un poisson cuit dans une feuille de bananier et servi avec du riz au curcuma. Simple, efficace, et relativement copieux.

Je reviendrai, d'autant plus que j'ai vu passer des bò bún très copieux !

02 December 2016

Artgens

C'est quand même fou. J'ai dû passer je ne sais combien de fois devant Artgens (14, avenue Émile-Zola) et je ne m'étais jamais rendu compte qu'il s'agissait d'un restaurant coréen.

Il faut dire que, loin des décors de type « restaurant asiatique » qui attirent habituellement l'attention du passant, Artgens présente une déco et un cadre qui le rapprocheraient davantage d'un magasin de fleurs ou de déco !

Bref, par chance j'ai fait davantage attention que d'habitude, ce midi, et je me suis rendu compte que c'était un restaurant coréen, plus précisément spécialisé dans le bibimbap. Le concept est d'ailleurs assez simple ; il n'y a pas de serveur ou de serveuse venant chercher votre commande à la table : vous entrez, vous dites quelle sorte de bibimbap vous souhaitez et si vous souhaitez une entrée ou pas, vous vous servez en boisson, et vous allez vous asseoir. Peu de temps après, une sorte de « box » en carton arrive avec votre plat. La pâte pimentée et les baguettes sont déjà sur la table.


Toute cela est très bon et très sympathique... Mais le désavantage de la box, c'est que la nourriture refroidit assez vite, et moi je suis un fanatique de la nourriture bien chaude.

Au final, mention bien pour l'accueil très sympathique, pour le décor, et pour le contenu de l'assiette. Mention assez bien pour la température du plat lui-même...



22 November 2016

Go High · Rive Gauche

Ça faisait des mois que, assis dans le bus 62, il m'arrivait de passer et de repasser devant le restaurant chinois Go High · Rive Gauche (57, rue de Vouillé), situé près du pont du chemin de fer qui sépare le XVe du XIVe.

Et de baver sur les photos et les écritures de la vitrine ventant leur fondue chinoise.

Aujourd'hui je me trouvais par hasard dans le quartier et j'en ai bien entendu profité pour aller y déjeuner. Le restaurant est petit mais bien agencé, avec une déco pimpante et bien sympathique (les baguettes, par exemple, ressemblent à des allumettes géantes). Go High · Rive Gauche propose une douzaine de fondues chinoises différentes, mais à environ 25 € la portion. Ne souhaitant pas dépenser autant pour un simple repas du midi, j'ai demandé la carte. Et là, le choc— en-dehors des fondues, aucun plat chinois : la carte ne propose que des plats « asiatiques », à savoir de type coréen ou japonais.

Qu'à cela ne tienne, j'ai pris un menu entrée-plat à 11,80 € avec du kimtchi en « entrée » suivi d'un katsudon.



Le kimtchi était correct mais bon... ce n'est pas une entrée, normalement c'est un accompagnement de plat (et c'est d'ailleurs ainsi que je l'ai mangé), et le katsudon était vraiment, vraiment trop salé.



Au final, une énorme déception.

22 June 2016

Restaurant Tophô

Les lecteurs fidèles de ce blog le savent bien, la rue de Budapest est pour moi l'une des Mecques de la gastronomie chinoise à Paris. Dans cette fameuse rue, on a le choix et l'embarras entre au moins quatre ou cinq très bons restaurants chinois.

Récemment, au 2 rue de Budapest, il s'est ouvert un très joli « restaurant vietnamien et thaïlandais » du nom de Restaurant Tophô. Mes lecteurs fidèles (toujours eux) savent que je me méfie comme la peste de ce genre de combinaisons improbables mais comme le lieu est fort avenant nous nous sommes laissé tenter.



Y a pas, c'est très joli.

Bien que le restaurant se proclamât « vietnamien et thaïlandais », il y avait tout autant de spécialités chinoises sur la carte. Mon épouse a pris une soupe vietnamienne aux nouilles et aux raviolis ; personnellement j'ai préféré prendre deux plats chinois, des travers à la sauce de haricots noirs et (pour ne pas changer) des aubergines en sauce yúxiāng. J'ai remarqué que la dame qui prenait notre commande écrivait en chinois sur son calepin.

soupe aux nouilles et aux raviolis
aubergines en sauce yúxiāng et riz nature


Verdict : la soupe vietnamienne de mon épouse était bof bof (un peu comme celle de Đồng Phát), alors que mes plats étaient absolument excellents. Conclusion : oubliez ce que proclame le restaurant et commandez des plats chinois !

Kitchen Story

Kitchen Story (15, rue au Maire) est un petit restaurant de spécialités de la cuisine de Wēnzhōu, la région du sud-est de la Chine d'où proviennent la plupart des Chinois du 3ème arrondissement de Paris. La cuisine de Wēnzhōu est connue pour être délicate ; elle évite le piquant, les épices, et les associations de goûts trop fortes.
C'est peut-être pour cela que mon fils et moi avons été déçus, alors que ma fille a beaucoup aimé. Voilà, à vous de trancher...

les aubergines ont fait l'unanimité...

19 May 2016

Hakka Home (客家私房菜)

Encore un excellent restaurant chinois découvert grâce à l'inlassable travail d'Adrien, GO du groupe « Meetup » consacré aux restaurants chinois de Paris !

L'annonce m'avait pourtant laissé sceptique, puisqu'elle mentionnait un restaurant de cuisine « hakka/cantonaise », et que je n'aime pas tellement la cuisine cantonaise. Mais comme, en revanche, je ne connaissais absolument pas la cuisine hakka (ou kèjiā), je me suis laissé tenter. Et j'ai bien fait !

Hakka Home (3, rue Voltaire) ne me laissera pas de souvenirs impérissables à cause de sa déco, mais m'en laissera certainement grâce à sa cuisine... Nous avons commencé par une excellente salade de pommes de terre crues râpées, et ensuite les plats se sont succédé, avec un bon équilibre viandes / poissons.

Mes préférés :
  1. les couteaux en sauce ail/gingembre
  2. les crevettes en sauce de haricot noir fermenté
  3. la viande mijotée avec des champignons
  4. une espèce de choucroute chinoise

(les photos proviennent du site du groupe « Meetup »)

poisson à la vapeur en sauce de haricot noir fermenté

poulet grillé

viande mijotée aux champignons

crevettes en sauce de haricot noir fermenté

pommes de terre crues râpées

petits pains à la vapeur fourrés de haricot rouge

12 April 2016

Le Pont de Sìchuān 蜀味

Je suis passé tellement de fois devant ce restaurant, et il était toujours bondé de Chinois (toujours bon signe, ça). Je m'étais même noté sur mon agenda : « penser à tester le Pont de Sìchuān ».

Eh bien grâce au sympathique groupe Meetup dédié à la découverte des restaurants chinois de la capitale, j'ai enfin eu l'occasion d'essayer le Pont de Sìchuān (86, rue de Richelieu). Comme nous étions très nombreux, nous avons pu goûter énormément de plats différents mais, à vrai dire, à part un poisson en sauce blanche aux légumes salés absolument exquis, il y a eu peu de grosses surprises : les plats étaient des valeurs sûres du Sìchuān : ragoûts en sauce piquante, aubergines en sauce yúxiāng, fuseaux de porc, mápó dòufu et autres salades de concombre épicé. Classique et de bon aloi, tout était très bon [avec une mention particulière pour les aubergines en sauce yúxiāng, fondantes à souhait], mais je me demande si les cuisiniers ne se sont pas retenus au niveau du piquant car c'était tout à fait supportable... je me souviens de plats que je n'arrivais même pas à terminer chez Carnet de bord, par exemple !

Quelques photos (que j'ai piquées sur le Meetup) :