22 July 2017

M&Y Savor

M&Y Savor (11, rue Linné) est un petit salon de thé / restaurant près de l'université Pierre-et-Marie-Curie. Il propose principalement des en-cas tels que des « crêpes chinoises » (des jiānbǐng) ou des gaufres salées, accompagnées du désormais familier bubble tea.
Le soir, la carte est plus fournie et comporte également quelques plats salés typiques du nord de la Chine (tofu piquant, nouilles au porc, etc.).

J'ai pris juste des nouilles sautées au sésame piquant et un bubble tea. Ce dernier était particulièrement agréable car peu sucré, contrairement à ce qu'on nous sert hélas généralement à Paris.

Tout cela pour des prix raisonnables.

10 July 2017

Siam@Siam

Profitant de mon détachement provisoire au site d'Ivry de ma boîte, je continue mon exploration des restaurants du XIIIe. Aujourd'hui, Siam@Siam (44, avenue d'Ivry) qui, malgré son nom, propose principalement des spécialités vietnamiennes.

Le restaurant est spacieux, propre et (détail appréciable en cette période de fortes chaleurs !) climatisé. La carte propose globalement les mêmes spécialités d'Asie du sud-est que les autres restaurants de la Galerie Oslo, avec une dominante de plats vietnamiens. Nous commandons donc deux bò bún végétariens qui, s'ils ne sont pas aussi bons que celui de Phở Tài, sont néanmoins tout à fait honnêtes — et légèrement moins chers à 8,90 €.



Conclusion : une autre cantine efficace du XIIIe pour manger convenablement sans mauvaise surprise.

06 July 2017

Lao Douang Dy

Ce midi je suis allé déjeuner au restaurant vietnamien Lao Douang Dy (44, avenue d'Ivry*) et je me suis rendu compte, à mon grand étonnement, que je ne l'avais jamais chroniqué. Je corrige donc cet oubli.

Lao Douang Dy est une « cantine » au sens noble du terme... J'y vais quand je dois déjeuner et que je n'ai pas envie d'explorer. Je sais que je vais y trouver du vietnamien classique, sans chichis, mais copieux et traditionnel, sans envolée gastronomique comme par exemple chez Phở Tài. Mais voilà, c'est efficace et sans surprise. J'y déjeunais un jour à côté d'un monsieur âgé et de sa fille (les tables sont assez proches les unes des autres...) et je l'entendais dire à sa fille : « ah, ça a vraiment le goût comme là-bas ! » ; ça ne m'avait pas étonné.

Bref tout ça pour vous dire que c'est bon mais que ça ne bouleversera pas votre vie ni votre opinion de la cuisine vietnamienne. Aujourd'hui j'ai déjeuné, pour 9,50 €, d'un très copieux plat de nouilles sautées aux crevettes ert aux légumes.


* Ça, c'est l'adresse officielle — en réalité, il faut aller dans la galerie marchande Oslo, au-dessus du supermarché Paris Store, côté dalle des Olympiades. Quelle idée d'avoir appelé « Oslo » une galerie marchande où il n'y a que des magasins asiatiques...

22 June 2017

Apsara Céleste

Depuis hier, et jusqu'à environ mi-juillet, je travaille près de la Porte d'Ivry. Je vais en profiter pour goûter un maximum de restaurants asiatiques du XIIIe sud (j'ai d'ailleurs commencé ma première chronique hier).

Aujourd'hui, attiré par sa clim, je me suis réfugié dans le petit restaurant « asiatique » (il n'annonce pas de cuisine particulière), récemment rénové, qui s'appelle Apsara Céleste (41, avenue de Choisy). Une fois la carte en main, je me suis rendu compte qu'il s'agissait essentiellement de spécialités de la Chine du sud — mes trois lecteurs fidèles savent que je préfère les spécialités du nord. Eh bien n'écoutant que mon courage j'ai commandé une marmite d'aubergines avec du riz blanc. Je m'attendais à une variante des aubergines en sauce yúxiāng que je prends toujours dans les restaurants chinois. Eh bien patatras, pas du tout !



C'était ma foi plutôt bon et, surtout, cela m'a permis de découvrir une manière différente d'apprêter les aubergines. 13,10 € en tout, avec la boisson offerte (dépêchez-vous c'est uniquement jusqu'au 10/07/2017).


21 June 2017

Phở Tài

Bien que je fréquente depuis fort longtemps les restaurants asiatiques du XIIIe, j'arrive encore à en trouver des qui me surprennent. C'est le cas de Phở Tài (13, rue Philibert Lucot).

Le restaurant, présent depuis au moins quinze ans dans le quartier, est une petite institution fréquentée par les Vietnamiens comme par les Parisiens et propose une cuisine très authentique avec notamment un bouillon de phở qui a cuit très longtemps. On y trouve également les autres plats classiques de la cuisine vietnamienne, que l'on peut demander en version végétarienne, et les desserts typiques tels que le trois-couleurs.

Bò bún végétarien (tofu + légumes)


Avec la chaleur écrasante qu'il fait en ce moment, nous avons commandé du thé glacé non sucré qui était juste parfait.

Détail étonnant, le restaurant est l'un des rares restaurants asiatiques de Paris qui soient au guide Michelin, cette vénérable institution de la cuisine franchouillarde.


En conclusion : ne vous fiez pas au macaron Michelin : c'est très bon, très copieux, pas cher, et sans chichis. Tout ce que j'aime !

Edit 11/07  — Quand je disais que c'était copieux... J'y suis retourné ce midi avec mon fils qui a pris un gigantesque Poulet Loc Lac:


Lim's

Il y a une sorte de règle non écrite, à Paris, qui veut que les bons restaurants asiatiques se trouvent tous à l'est d'une ligne imaginaire Madeleine-Porte de Versailles. Le problème, c'est que j'habite et je bosse à l'ouest de cette ligne imaginaire...

J'ai en particulier grand mal à assouvir mes envies de déjeuner asiatique pendant la semaine, sauf à prendre le bus ou le métro sur une distance (et donc une durée) non négligeable.

Ce fut donc un grand plaisir que de découvrir Lim's (9, rue de Ponthieu) près des Champs-Élysées. C'est un petit restaurant propret spécialisé dans la cuisine cantono-vietnamienne avec un petit plus consistant à proposer des plats du jour qui changent régulièrement et à seulement 12 €.



Parmi la petite dizaine de plats du jours proposés "hors carte" j'ai ainsi choisi un poisson cuit dans une feuille de bananier et servi avec du riz au curcuma. Simple, efficace, et relativement copieux.

Je reviendrai, d'autant plus que j'ai vu passer des bò bún très copieux !

02 December 2016

Artgens

C'est quand même fou. J'ai dû passer je ne sais combien de fois devant Artgens (14, avenue Émile-Zola) et je ne m'étais jamais rendu compte qu'il s'agissait d'un restaurant coréen.

Il faut dire que, loin des décors de type « restaurant asiatique » qui attirent habituellement l'attention du passant, Artgens présente une déco et un cadre qui le rapprocheraient davantage d'un magasin de fleurs ou de déco !

Bref, par chance j'ai fait davantage attention que d'habitude, ce midi, et je me suis rendu compte que c'était un restaurant coréen, plus précisément spécialisé dans le bibimbap. Le concept est d'ailleurs assez simple ; il n'y a pas de serveur ou de serveuse venant chercher votre commande à la table : vous entrez, vous dites quelle sorte de bibimbap vous souhaitez et si vous souhaitez une entrée ou pas, vous vous servez en boisson, et vous allez vous asseoir. Peu de temps après, une sorte de « box » en carton arrive avec votre plat. La pâte pimentée et les baguettes sont déjà sur la table.


Toute cela est très bon et très sympathique... Mais le désavantage de la box, c'est que la nourriture refroidit assez vite, et moi je suis un fanatique de la nourriture bien chaude.

Au final, mention bien pour l'accueil très sympathique, pour le décor, et pour le contenu de l'assiette. Mention assez bien pour la température du plat lui-même...



22 November 2016

Go High · Rive Gauche

Ça faisait des mois que, assis dans le bus 62, il m'arrivait de passer et de repasser devant le restaurant chinois Go High · Rive Gauche (57, rue de Vouillé), situé près du pont du chemin de fer qui sépare le XVe du XIVe.

Et de baver sur les photos et les écritures de la vitrine ventant leur fondue chinoise.

Aujourd'hui je me trouvais par hasard dans le quartier et j'en ai bien entendu profité pour aller y déjeuner. Le restaurant est petit mais bien agencé, avec une déco pimpante et bien sympathique (les baguettes, par exemple, ressemblent à des allumettes géantes). Go High · Rive Gauche propose une douzaine de fondues chinoises différentes, mais à environ 25 € la portion. Ne souhaitant pas dépenser autant pour un simple repas du midi, j'ai demandé la carte. Et là, le choc— en-dehors des fondues, aucun plat chinois : la carte ne propose que des plats « asiatiques », à savoir de type coréen ou japonais.

Qu'à cela ne tienne, j'ai pris un menu entrée-plat à 11,80 € avec du kimtchi en « entrée » suivi d'un katsudon.



Le kimtchi était correct mais bon... ce n'est pas une entrée, normalement c'est un accompagnement de plat (et c'est d'ailleurs ainsi que je l'ai mangé), et le katsudon était vraiment, vraiment trop salé.



Au final, une énorme déception.